De l’autre côté de la ligne:
Regards croisés Tijuana-San Diego

Photobucket
A propos du projet


Photobucket
Quelques bénéfices de ce projet :

1) La production d’informations sur les représentations infantiles concernant la frontière Tijuana-San Diego.
2) La production de nouvelles histoires sur la frontière permettant d’interroger les visions déconcertantes sur cette zone.
3) La formation à la technique d’animation par des enfants et des jeunes de la région.
4) La production de réflexions critiques sur la réalité frontalière et sur les conséquences que cela implique dans la vie des différents participants.
5) L’interaction, les échanges et l’apparition de dynamiques entre les adolescents, les jeunes intervenants et les professionnels des deux cotés de la frontière, ainsi qu’avec les professionnels français.
6) La production de deux films d’animation sur la frontière.
7) La production d’un livre académique sur le projet et sur le thème de la frontière.
8 ) La consolidation des interactions intellectuelles et de création, ainsi que le renforcement des réseaux entre individus et institutions des trois pays (Mexique, Etats-Unis et France).


Photobucket

Une petite visite sur le site de: http://www.uhb.fr/webtv/appel_film.php?lienFilm=371 ou: http://www.uhb.fr/lairedu/ dans la rubrique “recherche” “films d’animation” ou “films d’enfants” et sous le titre “Ceux d’en face” vous découvrirez les films des ateliers Tijuana et San Diego.



Des élèves de l’atelier d’animation à Tijuana

Photobucket
Frida, 11 ans

J’aime beaucoup écouter de la musique et j’aime dessiner et jouer. J’aime le Reggae, le Ska et le Rock et j’ai toujours des idées différentes de celles de mes amis et ça c’est bien.

Discours de Frida pour la présentation des films d’animations
au CECUT de Tijuana le 22 août le 2008

Je m’appelle Frida, j’habite à Tijuana. J’ai 11 ans. Avant tout, je veux vous faire part de l’expérience que j’ai vécue dans cet atelier. Au début ça a été un peu difficile, autant pour la création du film que pour la mise en scène, mais je me suis petit à petit organisée et ainsi ça c’est amélioré. J’ai eu beaucoup de plaisir à enregistrer les voix et à travailler sur la multiplan. Même si ça m’a fatiguée, je me suis vraiment amusée. À la fin, nous avons pu voir le résultat. C’est génial de travailler avec des personnes d’autres pays comme la France, ça m’a plu de connaître leur langue et leurs coutumes. Comme nous ne nous comprenions pas très bien, nous avons beaucoup communiqué par signes. Les autres enfants de l’atelier ont été des compagnons merveilleux. Ils ont tous donné du leur pour que tous les jours le projet avance de mieux en mieux. Je suis très fière d’avoir été choisie pour participer à cet atelier. C’est quelque chose qui a marqué ma vie. J’ai beaucoup aimé la manière par laquelle nous avons pu exprimer ce que ça représente de vivre près de cette frontière, notre façon de vivre, notre éducation et partager nos points de vue sur ce que nous vivons à la frontière des Etats-Unis.
Je veux partager avec vous mon point de vue sur la frontière. Le gouvernement des Etats-Unis investit millions pour la construction de ce mur frontalier, au lieu de chercher comment le démolir. Les gens de mon pays veulent toujours traverser ce mur pour pouvoir travaille. Ils traversent illégalement alors que nous devrions tous combattre par un monde libre et sans frontières. Merci !


Photobucket
Omar, 11 ans

SJe suis inteligent, rapide, j’aime le ciné, “stop motion”, j’aime les jeux vidéos et rester couché au lit jusqu’à 9 ou 10h du matin.


Photobucket
Teresita, 11ans

J’aime la musique comme le Raggae, le Reggaeton, le Hip Hop et un peu la Pop, et j’aime la pizza.


Photobucket
Oscar, 11 ans

J’aime regarder la télé et jouer à la Xbox.


Photobucket
Edith, 12 ans

J’aime beaucoup le football, c’est pour ça que je vais aux matchs des “Chivas”, je joue aussi au foot dans la selection féminine. J’aime beaucoup cuisiner et je pense faire des études en gastronomie. J’aime tous les styles musicaux et j’aime apprendre d’autres langues.


Photobucket
Arturo, 11 ans

J’aime jouer au chat perché, j’aime courir, j’aime beaucoup les frites super grasses. J’adore l’équipe de Tampico. Je suis un peu turbulent, mais bon pas trop.


Photobucket
Melania, 12 ans

J’aime écouter du rock en anglais, et quelques groupes de rock en espagnol, j’aime me faire des amis. J’aime découvrir de nouvelles choses, ma glace favorite, c’est la crème glacée, je n’ai pas de plat préferé. Je vais en Amérique et je commence à apprendre le français!


Photobucket
Santiago, 11 ans

J’aime dessiner des bandes dessinées, j’aime aller à la buvette et j’aime le wii.


Photobucket
Lucia, 12 ans

J’aime les chats, la nourriture chinoise. J’aime le volley-ball, ma couleur préférée est le violet. J’ai trois frères, un chat. Je veux être vétérinaire ou styliste ou designer d’intérieur. Ha ha ha! Salut!


Photobucket

Manuel, 13 ans

Ce que j’aime faire c’est jouer au football, au baseball, au foot américain et me promener sur ma moto.


Photobucket
Jazmin, 13 ans

J’aime le reggaeton et les Jonas Brothers et aussi Demi Lovato. J’aime bien jouer au football, ma nourriture préferée c’est la pizza et un peu la nourriture italienne. Et ce que je voudrais être plus tard c’est directrice d’un centre d’accueil, danseuse de reggaeton ou secrétaire, ou sinon dessinatrice.


Photobucket
Eduardo, 13 ans

Moi j’aime jouer au football, aller au ciné, j’aime beaucoup les ordinateurs, j’aime parler espagnol mais ce que j’aime le plus c’est être avec d’autres personnes. Voilà.


Inteview vidéo de deux participantes aux ateliers à Tijuana. Marcelle, 11ans et Frida, 11ans de Tijuana:

-C’était un atelier d’animation, en premier nous devions trouver des idées, on a commencer par dire ce qu’on savait sur “la ligne”, et si nous allions à Tijuana ou non.
-On s’est exprimé principalement grâce à un film, un court métrage d’animation que nous avons fait, tout d’abord en discutant entre nous tous.
-On faisait les dessins, parfois plusieurs fois, jusqu’à obtenir celui qu’on avait imaginé. Ensuite on l’a découpé, on a fait les différentes parties du corps pour qu’il puisse bouger;
-On l’a fait surtout avec du papier, et on devait faire en sorte que les mouvements du dessin soient trés précis.
-Au début tu te dis “Hé, pourquoi je vais passer mes vacances à travailler? Je suis en vacances pour me reposer!” Et puis tu y vas et au début tu te dis” Mais qu’est-ce que ce truc est ennuyeux!” Et finalement tu apprends plein de trucs, et tu t’amuses tellement! Parce que tu es avec tes amis, avec tes professeurs, et c’est super amusant!
-Les gens nous appuyaient tellement, et on s’amusait tellement! Nos professeurs étaient toujours avec nous. Ils ont été trés compréhensifs sur nos points de vue.
-A moi ça m’a beaucoup plu qu’il y ait trois pays, la France, le Mexique et les Etats-Unis, et malgrés les différences ont a pu communiquer, avec des signes par exemples, des fois c’était un peu dur mais on pouvais toujours communiquer. C’est quelque chose de très marquant. C’est pas juste “J’ai fait le film et c’est tout. J’ai fait ça et c’est tout”. C’est un moment dans ta vie dont tu dois te souvenir et qui va t’aider pour d’autres projets, pour nous savoir se servir de caméras, et pour la communication aussi!
– Vivre ça change la vie! C’est quelque chose de très chouette, vraiment! Pas seulement pour avoir fait le film et c’est tout. Mais comment on le fait, comment on le fabrique, les gens avec qui on a travaillé…


Equipo Taller Tijuana

Photobucket
Yvón Guillon (Université Rennes 2, FR)
Coordination et production générale


Photobucket
Adriana Trujillo (POLEN audiovisual, MX)

Coordination de l’atelier à Tijuana

Réalisatrice indépendante et correspondante pour la UABC, Adriana Trujillo a été étudiante en maîtrise en Documentaire Créatif à l’Université Autonome de Barcelone. Elle a réalisé, produit et coordonné divers projets télévisés et documentaires sur l’éducation, l’art et les médias audiovisuels. Son travail a été présenté dans différents festivals, forums et chaines de télévision au Mexique, aux Etats-Unis, en Allemagne et en Espagne. Adriana a enseigné à l’Université Autonome de Basse Californie, au Media Center de San Diego, au Centre Culturel de Tijuana, à la Fondation Joaquin Roncal et au Centre d’Histoire de Saragosse, au Musée d’Art Contemporain de San Diego et à l’Université Iberoamericaine du Nord-ouest. Elle est boursière du Programme National d’Education Artistique CONACULTA-INBA-CENART (2002), du PACMYC (2004 et 2007) et du programme d’Etudes à l’Etranger (FONCA 2004-2005). Actuellement elle dirige le documentaire avec l’appuit de la bourse Jeunes Créateurs FONCA (2008) et elle coordonne l’aire de production audiovisuelle de l’Université des Californies. Elle est membre de la maison de production indépendante POLEN audiovisuel.


Photobucket
Guilles Courier (Université Rennes 2, FR)

Instructeur en Technique d’Animation


Photobucket
Edgar Rodríguez (CECUT, MX)

Logistique


Photobucket
Jorge Hernández (SDSU, USA)

Equipe d’investigation


Photobucket
Flora Arias (Lúmina, MX)

Artiste Audiovisuel


Photobucket
Talía Góngora (Polen-Loops Urbanos / YONKEart, MX)

Artiste Audiovisuel


Photobucket
Juan “Pájaro” Navarrete (Galatea/ Bulbo, MX-USA)

Artiste Audiovisuel


Photobucket
Tonalli Magaña (Recortos 48, MX)

Artiste Audiovisuel


Photobucket
Juan “J” González (Producciones 5 y 10, MX)

Artiste Audiovisuel


Photobucket
Jose inerZia (POLEN audiovisual, SP-MX)

Production audio

Producteur audiovisuel. Je vis entre Saragosse (Espagne) et Tijuana (Mexique). Je travail avec des adolescents depuis plusieurs années sur des projets éducatifs. Je suis tout particulièrement interessé par la création documentaire avec mes collègues de POLEN Audiovisual (polenaudiovisual.com) . Je sui passionné par la nature, le sport, l’art et j’adore transformé mon identité avec des tatouages. Je me sens très heureux de pouvoir bénéficier de ma formation professionnelle sur ce projet, mais plus encore des amitiés que j’ai créé.


Photobucket
Theo Guillon (Université Rennes 2, FR)

Assistant de production


Photobucket
Joel Martins (Association Docabilly Université Rennes 2, FR)

Réalisation du Making Of


Laurent AUBAGUE, Département d’Espagnol, Université Paul Valéry-Montpellier III

Septembre 2008
Une équipe de travail très animée à Tijuana.

Photobucket

Lors de mon voyage au Mexique durant l’été 2008, j’ai rencontré et participé aux activités de l’équipe de cinéma d’animation sur le projet « Del otro lado de la línea. Miradas cruzadas Tijuana/ San Diego; The Other Side of the Line: Tijuana/San Diego Crossed Gazes; De l’autre côté de la ligne: Regards croisés Tijuana-San Diego », qui se sont déroulées aussi bien à Tijuana qu’à San Diego. Ce projet a été simultanément dirigé par Yvon Guillon de l’Université Rennes 2 et par Norma Iglesias de l’Université de San Diego. Il a consisté à faire créer par deux équipes d’enfants de Tijuana et San Diego, entre 11 et 14 ans, de petits films d’animation sur la représentation que ces enfants se font de la frontière americano-mexicaine et sur la façon dont ils conçoivent la vie et la réalité de part et d’autre de la Ligne.

On sait que depuis de nombreuses années, la frontière entre le Mexique et les Etats Unis est devenue un véritable abcès purulent où se confrontent les enjeux du choc migratoire entre les populations venues de l’Amérique Centrale ( Guatemala, Salvador, Honduras, etc…), du Mexique et l’Amérique du Nord. Maintes études, aussi bien dans le domaine économique, sociologique, démographique que culturel ont déjà vu le jour et constituent le matériel sur lequel se penchent tous ceux qui ont rencontré la frontière et pour qui cette rencontre a fait envisager qu’un drame humain historique est entrain de se jouer dans cet endroit du monde.

Dans le domaine de la culture, Tijuana est devenue une pépinière de jeunes artistes qui essayent de capter ce monde terrible, cette partition où se mêlent les éclats de l’horreur avec les modulations d’un imaginaire inépuisable de la survie. Photographes et cinéastes trouvent sur le lieu de cette collusion entre les deux Amériques, une matière première de premier ordre. Il en est de même pour les écrivains et les musiciens de toutes musiques: la réalité est déjà une fiction. A preuve- peut-être!- l’existence des narco-corridos (véritable manuel sur les formes possibles de pénétrer clandestinement chez le voisin Goliath) et d’une veine de polars fronterizos abondante,
riche et immensément suggestive. Dans ce panorama culturel sur la représentation artistique de la frontière, il manquait (quoiqu’un premier projet s’y était essayé quelques années auparavant) une vision qui corresponde à celle des enfants qui vivent de chaque côté de la frontière. C’est en ce sens que le projet de Norma Iglesias et de Yvon Guillon trouve son originalité.

De l’exécution de ce projet qui a duré quatre semaines, je n’ai pu que participer de façon très occasionnelle, aux deux derniers jours où, caméras et ciseaux battants, les enfants de Tijuana s’empressaient de terminer leur film d’animation dans une fébrilité et un enthousiasme aussitôt perceptible pour le visiteur non averti que j’étais. Sur le grand toit plat du Centro Cultural de Tijuana, comme s’il s’était s’agit d’une cour de récréation (malgré ses airs de relégation!), et sous le blanc chapiteau qui trônait au milieu de cette cour et qui protégeait d’un ardent soleil désertique l’imagination des petits créateurs, l’activité était à son comble. On découpait à qui mieux mieux les dernières figurines des personnages qui devaient traverser Tijuana sur un skate board. Il a même fallu reprendre quatre à cinq fois la queue d’un tigre qui s’était échappé d’un zoo. Capsules et pinceaux battaient la campagne pour écrire le générique de ce film en même temps que les enfants, sachant proche la fin de leur atelier, se mettaient à réviser tous les mots de français qu’ils avaient appris de Gilles- « le grand magicien » des cadres de verre sur lesquels on composait les images à photographier et à monter plus tard-, qui dès son arrivée et pour marquer son inexpérience linguistique, avait déclaré tout de go, qu’il parlerait le Gilspagnol. Je peux certifier que le fameux Gilles à la fin de son séjour savait assez d’espagnol pour râler contre le fait qu’il n’avait plus aucune disponibilité nocturne (vu l’urgence du montage) pour aller inviter dans la langue du pays, les excellentes cavalières du dancing de la Estrella. Une telle défaillance mérite réparation: il faudra que l’inventeur du Gilspagnol retourne à Tijuana pour franchir un niveau de plus dans sa récente domination de l’espagnol, pour qu’il puisse de nouveau danser au son des bandas, et des groupes de musique nortena ou autres salsas et surtout pour donner une suite à ce formidable projet sur la contribution du film d’animation, pour saisir comment dès l’enfance, les frontières et les murs sont perçus.

Car telle est l’ambition de ce premier ouvrage. Son exécution, sa dynamique et ses résultats ont bien entendu des répercussions presque « vénéneuses » pour tous ses participants. J’entends encore Norma et Yvon, ainsi que tous leurs collaborateurs (cocorico, les Français d’abord: Sébastien, Franck, Fred, Vincent, Joël, Roland, etc…) et les Mexicains (¡Al grito de guerra! : Flora, Talía, Adriana, Jorge et InerZia) se lancer le défi de continuer à filmer les murs et les frontières. Un beau défilé certes: la frontière entre le Mexique et le Guatemala comme continuité immédiate des migrations vers les Etats Unis, les barbelés de Ceuta et de Melilla en Espagne, et pourquoi pas le mur entre Israël et la Palestine puisque ce sont les mêmes entrepreneurs qui construisent celui qui va définitivement séparer le Mexique et les Etats Unis sur plus de 3400 kms…

Malgré son emplacement en plein désert, Tijuana peut et doit faire boule de neige. Pourquoi ne pas prendre au sérieux le rêve de tous les membres des équipes d’Yvon Guillon et de Norma Iglesias? Pourquoi, forts de cette première expérience, ne pas envisager que les mêmes adultes ayant participé à la création et à la réalisation des films d’animation sur la frontière mexicaine puissent rebondir vers d’autres murs. Ces murs fous et monstrueux qui veulent (à l’heure de la mondialisation!) Empêcher le déplacement des hommes mais garantir le mouvement des marchandises et de la finance! Cette équipe franco-mexicaine constituerait un embryon de réponse, une tentative d’antidote contre cette liberté sans contrainte et contre la monstrueuse discrimination que subissent les migrants dispersés sur la surface du globe. Elle contribuerait à donner une autre vision de ces personnes dont la seule effraction est celle de se déplacer pour trouver une vie meilleure et plus digne. Pourquoi le film d’animation ne serait-il pas un splendide moyen d’être présent au milieu de cet ahurissant phénomène où l’on voit (selon une terminologie qui cache déjà les apriori de ceux qui possèdent la richesse) les peuples du Sud pousser les portes et les grilles des nantis du Nord? Quelle image meilleure que celle de ces terribles vases communicants, Gilles et Sébastien pourraient-ils faire découper dans du papier cartonné, aux enfants d’autres ateliers du Maroc, de Palestine ou d’ailleurs… Pour les monter ensuite sur leurs plaques de verre qui deviendraient alors des loupes grossissantes sur la géographie des murs, des fils de fer barbelés électrifiés et des détecteurs à infra-rouge.

Ce serait l’honneur de l’ Université de Rennes 2 et des Communautés Territoriales de Bretagne, région et peuple traditionnellement habitués à croiser leur regard au-delà des mers et des océans, que d’avoir l’intuition que ce travail de mise en images sur les perceptions réciproques des habitants de Tijuana et de San Diego, constitue une première réplique culturelle au vaste télescopage humain qu’est devenue la mondialisation.

2 comentarios to “Français”

  1. Michon roland said

    MAUGERIOU / MURS

    Depuis la nuit des temps
    les hommes ont toujours
    construit des barriéres
    construit des murs
    pour se protéger de son voisin
    de son frére de son cousin
    Muraille de Chine
    du temps des QUIN
    la plus duraille de toutes
    depuis trois cents ans et deux mille
    Bien avant ALEXANDRE
    paix a ses cendres
    le malheureux
    qui fit les murs en Grand
    Y en a eu aussi chez les Latins
    pas qu’des lettrés, mais des crétins
    Ce cher HADRIEN
    fit un mur chez les celtes
    pour leurs couper les ailes
    même que leur mot, il a piqué
    MAUGER/ MUR/ MAUER
    Un mot que les murs
    aujourd’hui encore murmurent
    jusqu’a nos portes
    et nos cloisons
    au pied de chez nous
    dans nos maisons
    VAUBAN qui nous a fortifié
    imaginez aussi MAGINOT
    sans touner autour du pot
    et le Mur de fer
    qu’on a laissé faire
    pas un pays qui échappe à ce tic
    même l’Atlantique
    le truc en toc de TODD
    tout est bon pour nous em…murer
    de la Méditerrannée à l’ Oural
    c’est devenu d’un banal
    rideau, si on les laisse faire
    de SETTIN à la Baltique
    et TRIESTE en Adriatique
    mets l’ Italie dans la litanie.
    Depuis que Berlin a chuté
    on a des barriéres de séparation
    des clôtures de sécurité
    des murs de l’apartheid
    de la ségrégation
    de l’annexion
    mur de la honte
    on sait mieux faire:
    Corée du Nord et du Sud
    ligne verte dans Chypre jaune
    lignes de paix naguère
    dans l’Irlande en guerre
    mur de sable dans un Sahara
    privé de désert
    Frontèra de Tijuana
    entre Mexico et USA
    voyez vous ça
    grillages de protection
    pour les griots d’Africa
    dans les villes bidons
    de Ceuta et Meilla
    clôture de deux sociétés
    entre Israel et Palestine
    on se demande ou est l’estime
    entre Inde et Pakistan
    il n’en fallait pas tant
    un mur électrifié
    pour laisser le courant passer
    Séparer / opposer
    diviser pour mieux régner
    ciment et parpaings
    grilles et grillages
    c’est d’un autre âge
    pour arréter la faim
    barbelés / miradors
    la conscience des riches s’endort
    déchirer / déchirures
    pour arréter le mouvement du monde
    on monte partout des murs de la honte
    Nos têtes heurtent leurs murs
    et tout ce qui semble sûr:
    protéger / replier
    diviser / renfermer
    filtrer / surveiller
    c’est pas dans notre nature
    d’avoir chacun sa clôture
    son Empire et sa Nation
    son drapeau et sa maison
    y a rien de pire pour la raison
    MAUGERIOU/ MURO/ WALL
    Limes / Limites / Linéa
    mais un jour
    Tous Toujours
    finissent par tomber
    se fissurer, vaciller
    finissent par trembler.
    Creusont des ponts et des tunnels
    de nos idées pas sages
    contournons détournons
    sapons l’ autorité
    Résistons
    résister Résistencia !
    JERICHO/ TROIE/ BERLIN
    Le monde est trop petit
    pour le murmure des murs.

    pour THEO GUILLON; TIJUANA AOUT 2008

Responder

Introduce tus datos o haz clic en un icono para iniciar sesión:

Logo de WordPress.com

Estás comentando usando tu cuenta de WordPress.com. Cerrar sesión / Cambiar )

Imagen de Twitter

Estás comentando usando tu cuenta de Twitter. Cerrar sesión / Cambiar )

Foto de Facebook

Estás comentando usando tu cuenta de Facebook. Cerrar sesión / Cambiar )

Google+ photo

Estás comentando usando tu cuenta de Google+. Cerrar sesión / Cambiar )

Conectando a %s

A %d blogueros les gusta esto: